mardi, juillet 16, 2024
HomePour les patientes27% des femmes renonceraient à des soins de grossesse

27% des femmes renonceraient à des soins de grossesse

Nous vous parlions la semaine passée des grossesses de plus en plus risquées que vivaient les femmes aujourd’hui. Hier, une étude a révélé qu’un quart des femmes refuserait des soins pendant la grossesse pour des raisons financières, augmentant encore les risques pathologiques.

La crise économique augmente les risques de la grossesse

Le sondage Opinion Way, réalisé pour la Fondation PremUp, s’est intéressé aux grossesses pathologiques (présentant des risques pour la mère et/ou l’enfant) et à l’avis des femmes sur ces dernières. Ainsi, dans le contexte actuel, économiquement délicat, 68% des femmes interrogées estiment que la crise économique possède un réel impact sur le nombre de grossesses pathologiques. En effet, si cela peut sembler étonnant, des tensions économiques peuvent avoir une influence sur la grossesse: pour 53% des interrogées, c’est la précarité qui augmenterait le plus les risques, suivie par l’isolement (selon 47% des femmes sondées), le stress (46%) et les conditions de vie professionnelle durant la grossesse (44%). Autre résultat très surprenant de ce sondage : 27% des femmes interrogées se disent capables de renoncer à des soins de grossesse pour des raisons financières. Un tel constat est alarmant, car si de plus en plus de mères ne peuvent accéder à des soins, cela engendrera une augmentation du nombre de grossesses pathologiques.

Des grossesses pathologiques sous-estimées

Le sondage Opinion Way rapporte également que 65% des femmes pensent que « seulement » 10% des femmes enceintes connaissent des grossesses pathologiques, alors que les observations officielles avancent un taux de 20%. De même, 43% des femmes interrogées ont déclaré croire que ces grossesses pathologiques avaient tendance à diminuer, alors que les statistiques annoncent l’inverse. L’étude démontre donc une méconnaissance flagrante des risques liés à la grossesse. Et là où ces données deviennent inquiétantes, c’est que si les futures mères ne sont pas sensibilisées aux risques encourus, elles n’auront pas de raison de s’en soucier, ce qui augmentera encore plus les grossesses pathologiques. Et pour cause, seulement 39% des femmes sondées ont avoué avoir été suivies et informées des risques que pouvait présenter une grossesse. Source : Le Parisien

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Recent Comments