mardi, avril 23, 2024

La péridurale

« Tu enfanteras dans la douleur… » (Genèse 3.16). « L’anesthésiste aidera à te la rendre moins pénible » pourrait-on rajouter à ce passage biblique.

Voilà maintenant 40 ans que l’obstétrique lutte contre la douleur de l’accouchement, qu’elle ne  considère plus comme normale. Il y a 20 ans est apparue l’analgésie péridurale qui a pris un essor considérable depuis.

En France, près de deux femmes sur trois accouchent sous péridurale. Il s’agit d’une technique d’anesthésie locale qui permet de bloquer la transmission des sensations douloureuses au niveau des nerfs de la moelle épinière. Si les sensations de souffrance disparaissent, la sensibilité et la motricité sont maintenues.

Que vous ayez décidé ou non d’avoir recours à la péridurale, sachez qu’une consultation avec l’anesthésiste sera obligatoirement programmée quelques semaines avant l’accouchement, (ce qui vous permettra de changer d’avis). Au cours de ce rendez-vous, il remplira les données de votre dossier, établira un bilan de votre santé, examinera votre dos et fera réaliser une prise de sang pour vérifier les tests de coagulation. Ce n’est que dans de rares cas (par exemple, infection de la peau au niveau du dos, troubles de la coagulation, grosse anomalie de la colonne vertébrale,…) que la péridurale sera exclue.

Comment fonctionne la péridurale ?

périduraleEn principe, vous pouvez bénéficier d’une péridurale à n’importe quel moment pendant le travail, y compris pendant la dernière phase, lorsque vous poussez pour faire sortir votre bébé. La plupart des femmes demandent la péridurale quand le col de l’utérus est dilaté à cinq ou six centimètres et que les contractions deviennent vraiment très fortes. Si vous êtes déjà à huit ou neuf centimètres, le médecin vous dira peut-être qu’il est trop tard pour la péridurale et vous conseillera de vous en passer car votre bébé devrait arriver très vite. Mais théoriquement, il est possible de poser la péridurale jusqu’au tout dernier moment. C’est seulement lorsque la dilatation du col est complète (10 cm) qu’il est vraiment trop tard. Habituellement,  la sage femme vous propose de la mettre en place dès que la dilatation du col de l’utérus a atteint 2 à 3 cm.

Après avoir réalisé une petite anesthésie locale, le praticien guide une aiguille longue de 8 à 10 centimètres, entre la troisième et la quatrième vertèbre lombaire pour atteindre l’espace péridural. L’injection se fait en position assise et l’anesthésiste vous demandera de faire le dos rond (pour optimiser l’ouverture des espaces intervertébraux) et de ne pas bouger.  Puis, il introduit un cathéter (souple et creux) par lequel sera injecté le produit anesthésique, et il retire l’aiguille. Le cathéter reste positionné et permet ainsi des injections successives, en fonction de la durée du travail et de l’accouchement .

Le tout s’effectue sous contrôle de la tension artérielle de la maman et du rythme cardiaque du futur bébé. La mise en place de la péridurale est ordinairement peu douloureuse et le soulagement obtenu très important. Il faut savoir cependant qu’il arrive dans de rares cas que l’efficacité de la péridurale soit incomplète, ou asymétrique. Les douleurs qui persistent sont alors vécues comme très intenses et les patientes de se convaincre que : « la péridurale n’a pas marché du tout ». Mais cette douleur est modérée par rapport à la vraie douleur des contractions.

Les sensations post-accouchement

Des maux de tête passagers après l’accouchement ou des douleurs lombaires sont possibles. Des complications plus graves sont très rares. Quant au bébé, il n’encoure aucun risque: la dose de produit anesthésique étant trop minime pour l’atteindre.

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Recent Comments